A la recherche du temps passé

A la recherche du temps passé

40 ans d’autobus à plate-forme (1931-1971)

 

Le 21 janvier 1971, le dernier autobus à plate-forme de la ligne 21 (Gare Saint-Lazare-Porte de Gentilly) quitte définitivement la capitale. Les  Parisiens du baby boom se souviennent de ces courses périlleuses à l’assaut de la fameuse plate-forme si célèbre encore, même au-delà de nos frontières. Qui ne se rappelle les interminables files d’attente aux heures de pointe et le défilé des « complets ».

Après un bref coup de sonnette au timbre caractéristique, le lourd  véhicule s’ébranlait alors dans le gémissement de sa caisse surchargée et le craquement plaintif de sa transmission qui trahissait de longs états de service. Le confort n’était pas de mise mais le Parisien ne s’en souciait guère, le bus à plate-forme était un peu pour lui comme l’arc de triomphe ou le vieux Montmartre, un patrimoine éternel que lui enviait le monde entier.

 

Au commencement était la plate-forme (1906-1930)

 

De 1906 à 1930, Paris est déjà desservi par plusieurs générations d’autobus à plate-forme. De 1906 à 1912, ont circulé 151 Brillié P2 à impériale, remplacés, de 1912 à 1914, par 1045 Brillié-Schneider PB2, P3 et De Dion sans impériale, réquisitionnés en 1914. Entre 1916 et 1924 apparaissent les 1270 Schneider H (réformés en 1938) et, en 1927-1930, les 337 Renault PN à accès surbaissé (réformés en 1950).

Réagir


  • CAPTCHA

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de Autobus de Paris