La « belle époque » de l’autobus parisien (1931-1938)

 

La « belle époque » de l’autobus parisien (1931-1938)

 

En ce temps-là, le réseau de tramways s’accorde de plus en plus difficilement avec le développement de la circulation automobile individuelle naissante. Les pouvoirs publics, la presse et l’opinion s’attaquent sans cesse à ce véhicule démodé, brinquebalant et rivé à sa voie qui emprunte le plus souvent le milieu de la chaussée. Dans le même temps, la mise au point d’un pneumatique poids lourd sûr et robuste précipite l’évolution. Mais surtout, en ce début des années trente, le goût de l’innovation et du « progrès » technique atteint son apogée : Paris, la « Ville lumière » admirée par toute la planète, organise successivement l’Exposition coloniale de 1931 au Bois de Vincennes et l’Exposition universelle de 1937 au Trocadéro. C’est l’occasion d’étoffer et de « moderniser » l’ensemble du système de transport. La grande victime de ces mutations est le tramway qui cesse de circuler à Paris en 1937 et, en banlieue, en 1938.

Réagir


  • CAPTCHA

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de Autobus de Paris